Sortons de Tonneins, mais restons dans le Pays "Val de Garonne-Gascogne" (qui est, en gros, l'addition de la Communauté de communes Val-de-Garonne, d'une communautés des côteaux de Gascogne, de la ville de Casteljaloux) !

Le sort de la voie ferrée Casteljaloux-Marmande, qui a encore ses rails, mais n'est plus utilisée depuis quelques années, est en jeu :
RFF veut la déclasser et la vendre.
Certains, au Conseil Général du Lot-et-Garonne, voudraient l'acheter pour en faire une voie verte, c'est à dire une bande goudronnée pour les cyclistes et les piétons. Cette voie verte croiserait celle qui longe le canal.

D'autres trouvent dommage de démonter une voie ferrée à l'heure où on parle de favoriser le train par rapport à l'automobile et au camion.

Raymond Girardi, conseiller général (de Bouglon, donc voisin de la voie ferrée) "pense qu'il serait dommage de se priver de cette voie ferrée qui pourrait constituer un outil économique au service de l'exploitation du bois".[Réunion de "Val de Garonne-Gascogne" du 4 juin 2009]

Gérard Gouzes, maire de Marmande et président de "Val-de-Garonne" "dit qu'il est persuadé que dans une vingtaine ou une trentaine d'années, l'épuisement du pétrole générera la recherche de modes de déplacement moins consommateurs. Il serait dommage de se priver des possibilités offertes par cette voie ferrée." Il évoque aussi l'utilisation possible de cette voie par des entreprises de la zone de Samazan. "Il précise que la faisabilité d'une voie verte reliant Marmande à Casteljaloux sur un autre tracé que celui de la voie ferrée pourrait être étudié. Il termine en précisant qu'il ne faudra surtout pas vendre l'emprise de la voie."


Une association est en cours de constitution pour s'opposer au démontage de la voie ferrée, et proposer son utilisation pour le frêt et pour le transport de personnes. Prochaine réunion samedi 5 décembre 2009 14h à Marmande (avis aux personnes intéressées !).

ligne_Marmande_Casteljaloux

Image copiée de l'article sur le même sujet sur le site Marmande bouge

La proximité de la forêt landaise, et l'existence autour de Casteljaloux d'entreprises qui interviennent dans l'exploitation du bois et de ses dérivés (écorce, sciure...) et fournissent des clients, par exemple en Belgique, laissent entrevoir une possibilité de faire rouler des trains de frêt sur Casteljaloux-Marmande, puis au départ de Marmande sur les grandes voies du réseau ferré français et européen.

Or, ça bouge dans la forêt landaise, dont le bois semble anormalement sous-utilisé. On peut donc espérer un fort développement de la filière bois.

Récemment, Vincent Feltesse, président de la Communauté Urbainde Bordeaux, a critiqué, lors d'un rassemblement contre les émissions de carbone, le fait qu'on construise en parpaings dans les Landes, et non en bois de pin (ce qui semble possible, avec de nouvelles technologies ou d'anciennes méthodes).

Et on produit déjà, et pas loin de Tonneins, avec de la sciure de bois de pin des Landes, des bûches reconstituées qui sont plus commodes à utiliser pour le chauffage que des bûches ordinaires. Peut-être aussi des granulés de bois.


Côté transport voyageurs, le précédent article de Tonneins-débat indique la perspective de trains omnibus cadencés entre Agen et Marmande. Dans ce nouveau contexte (à l'horizon 2020), il parait cohérent de remettre en service des trains de voyageurs entre Casteljaloux et Marmande.

Les chiffres présents de fréquentation des quelques bus qui desservent cette liaison (Kéolis Gascogne avec la liaison TER vers Barbotan) n'ont rien à voir avec ce qu'on pourrait atteindre avec une liaison ferroviaire cadencée à un train par heure.


Et Tonneins, dans tout ça ?

L'expérience de la vieille ligne qui passe par le tunnel de Moncaubet, qui a été démontée et vendue sur de larges tronçons, montre ce qu'il ne faut pas faire. A ce stade de destruction, il n'est guère possible de revenir en arrière. Seule une voie verte reste possible, qui mettrait Clairac à 20 mn de Tonneins à vélo (moins en vélo à assistance électrique).

Avis au Conseil Général : au lieu de démonter la voie ferrée Marmande-Casteljaloux pour faire une voie verte, il vaudrait donc mieux faire la voie verte entre Tonneins et Clairac (seulement 3 ou 4 km à faire, en passant par le tunnel et en rejoignant côté Tonneins des routes existantes).

Quant à l'exploitation de la forêt landaise, Tonneins a son rôle à jouer (elle a déjà des entreprises qui sont dans la filière du bois), même si elle n'a pas la chance, comme Marmande, de devenir un centre d'aiguillage du frêt ferroviaire de bois landais.

De toute façon, Tonneins ne peut pas se désintéresser du développement à 20-25 km de distance d'une ligne de transport "durable".

Et dans la série "voir ce qu'on fait ailleurs", allons aux USA :

"Les États-Unis ont adopté deux lois fédérales qui empêchent l'abandon complet des lignes ferroviaires. Les compagnies de chemin de fer peuvent enlever leurs voies et les corridors peuvent ensuite être utilisés comme des pistes provisoires de loisirs, mais étant donné que le chemin de fer est reconnu comme un mode de transport peu polluant et énergétique, les corridors doivent demeurer disponibles advenant un retour au transport par rail."

[http://www.oag-bvg.gc.ca/internet/Francais/pet_045_f_28750.html]