Tonneins débat

17 mars 2014

Il serait temps...

D'abord, avec un méga-retard, meilleurs voeux pour 2014 !

Ensuite, bien que des perturbations dans ma vie m'éloignent de la vie tonneinquaise depuis environ 2 ans, je veux mettre mon gran de sau sur les élections municipales.

Allez, je rentre dans le vif, le temps presse, moins d'une semaine avant le premier tour !

Front de Garonne, effondrements :

Rien n'a bougé en apparence pendant la dernière mandature. Sauf le sol, bien sûr et hélas... Enfin, concernant le gros effondrement du cours de l'Yser, on sait depuis peu que la mairie va prendre en charge et engager la démolition de 4 maisons. J'ignore les détails, aussi bien sur les conditions faites aux propriétaires que sur le projet d'aménagement de remplacement (un bélvédère - solide - serait une bonne idée !).

Le Front de Garonne est le joyau de Tonneins, et les propriétaires (jusqu'au ras des quais) ne doivent pas être livrés à eux-mêmes. Il faut sécuriser leur bien comme il faut sécuriser le sol. Sans volonté municipale forte, les propriétaires ne peuvent rien, et tout va continuer à pourrir.

Il faut reconnaître aussi que les opérations d'urbanisme sont de plus en plus lourdes et longues à mener : financements à rassembler, études obligatoires par des cabinets de conseil...

Transports doux, urbanisme :

C'était une ligne du programme de l'équipe sortante, mais rien n'a bougé ou presque.

Ma proposition de placer l'ensemble du vieux Tonneins en zone trente avec, donc, double-sens cyclable systématique, a été repoussée. L'intérêt de faire du vieux Tonneins une oasis de convivialité n'a pas été compris. On ne s'étonnera pas après que la population et l'activité y diminuent.

L'intérêt d'une liaison douce (vélos, piétons, fauteuils roulants) Tonneins-Clairac par le tunnel de Moncaubet n'a pas été compris. "A part en faire une champignonnière..." a dit le maire sortant... D'accord, Tonneins ne peut le faire toute seule, mais a-t-on présenté le dossier à Val-de-Garonne ?

En plus de la convivialité et de l'écologie, c'est aussi de l'économie : il faut en finir avec l'obligation de posséder une voiture pour chaque personne adulte !

Etalement urbain, gaspillage de terres agricoles : pas réellement de prise de conscience du problème, posé avec timidité par le SCOT. Fallait-il urbaniser Vénès ? Heureusement, amdullah*, nous avons de vastes zones inondables non constructibles...

Heureusement aussi, l'idée de transformer la plaine de jeux de Ferron en zone commerciale a  avorté. Il me semble que la liste Bouchaud a émis l'idée d'une liaison douce du centre-ville vers Ferron. Oui, il faudrait.

Fleurissement :

Le vieux Tonneins a continué d'être négligé. Exemples : la descente de la fontaine de Lescure, le vieux lavoir sous le cours de l'Yser... ce qui devrait être les joyaux de Tonneins...

Pas étonnant que Tonneins n'ait pas gagné de fleur ; le cahier des charges du concours est clair et intelligent : il ne suffit pas de placer quelques suspensions et potiches en centre ville ; bien sûr, j'exagère, mais enfin... voir A la recherche de la deuxième fleur

Bretelle d'autoroute :

Oui, à condition de ne pas y mettre une fortune ! Et Tonneins a une super-liaison ferroviaire avec Bordeaux (donc Paris). Il faut savoir tirer parti de ce qu'on a, plutôt que rêver à des coups de baguette magique.

Soumission à Marmande :

La communauté d'agglo (pour une vaste zone rurale qui n'est pas une agglo) est pour Tonneins un piège. Marmande en est le cerveau. Il sera maintenant difficile d'en sortir.

Même pour le ratio délégués communautaires / habitants, Tonneins est défavorisée par rapport à Marmande.

Au moins mettre le poing sur la table, et exiger que le maire de Marmande ne cumule pas avec le poste de président de Val-de-Garonne !

Vidéo-surveillance :

C'est cher, peu efficace, et ce peut être un danger pour la liberté personnelle. Mais on y va tête baissée !

Laïcité :

Où est le problème à Tonneins, pour qu'au moins une des listes mette le principe en avant ? Nous ne sommes plus au temps des dragonnades contre les protestants... L'Eglise est séparée de l'Etat depuis 1905.

Alors, n'y a-t-il pas là-derrière un fantasme de péril islamique ? Il serait temps d'affirmer sereinement qu'une part substantielle de la population tonneinquaise, et surtout de ses jeunes, est d'origine marocaine et qu'elle a droit au respect et à la citoyenneté.

_ _ _ _ _

Voilà, c'est tout pour ce lundi d'avant élection. Je me réserve la possibilité de peaufiner ce billet au long des deux semaines qui viennent.

Ceux qui m'ont lu depuis la création de ce blog "Tonneins débat" apprécieront ma constance.

Désolé de ne pas avoir été plus disponible pour prendre connaissance plus précisément des idées des candidats en présence, des réalisations de la municipalité sortante, de la vie tonneinquaise en général ; la conséquence, c'est que je peux me tromper, mais ça, les internautes n'en doutent pas !

Adishatz !

 

* "Amdullah !" = "Dieu merci" en arabe, je crois... Ne pas confondre avec "Inch Allah" ("Plaise à Dieu !")

Posté par Tederic à 08:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

11 février 2013

Vieux Tonneins : pour une zone 30 généralisée avec double-sens cyclable !

Et d'abord, excusez-moi d'avoir raté le moment des voeux de nouvelle année aux lecteurs de Tonneins-débat ! Mais le coeur y était !

Je suis beaucoup moins bavard sur ce blog où je n'ai pas mis d'article depuis 9 mois...

Mais je suis toujours motivé par Tonneins et spécialement le vieux Tonneins et le front de Garonne.

J'ai assisté en décembre à une réunion publique avec Mme Carle, l'architecte qui travaille sur le futur aménagement de la voirie dans le vieux Tonneins, et surtout dans le quartier de la Marne (mon quartier, d'ailleurs !).

Evidemment, quand on parle de voirie, on parle de circulation, et j'ai demandé si une zone 30 généralisée avec double-sens cyclable était envisagée. Vous lirez ci-dessous pourquoi je pense que c'est important.

Déception : je me suis senti incompris...

Alors voici mes arguments :

- Utilité du double sens cyclable :

Le vieux Tonneins, à moins de le détruire, ne sera jamais propice à l'usage massif de la voiture traditionnelle, qui prend trop de place par rapport à l'étroitesse des rues.
En revanche, il convient à merveille aux déplacements (et au stationnement !) à pied et à vélo (et aussi à fauteuil roulant...), peu consommateurs d'espace...
Hélas, les sens interdits
justifiés par l'étroitesse des rues où des voitures ont du mal à se croiser entre elles, pénalisent l'usage du vélo.
Les cyclistes, parce que l'humain qui se déplace choisit généralement le plus court chemin et le moindre effort, ont tendance, selon leur tempérament, à :
- braver l'interdiction (ex : Cours de la Marne), ce qui est parfois dangereux dans la mesure où ce double sens est sauvage et inattendu pour les automobilistes ;
- rouler sur les trottoirs (c'est possible en quelques endroits), ce qui peut être dangereux aussi ;
- renoncer à prendre le vélo.
Quant à ceux qui ne sont pas encore cyclistes, on ne leur donne pas envie de le devenir !
Et on ne donne pas non plus envie à ceux qui voudraient se déplacer à vélo de s'installer dans le vieux Tonneins, qui pourtant devrait leur tendre les bras !

- Possibilité du double sens cyclable :

Le double sens cyclable ne nécessite pas l'existence d'une voie à contre-sens matérialisée. Ex : dans de nombreuses rues du vieux Bordeaux où il fonctionne, cette voie n'existe pas.
"Dans les rues autorisées en double sens cyclable, la cohabitation entre cyclistes et automobilistes fonctionne parfaitement, compte tenu de la bonne visibilité de chacun, dans ces voies étroites où le trafic reste faible."
[http://www.bordeaux.fr/p57231/circuler]

"Quelle que soit la largeur de la rue le croisement d’une auto et d’un vélo ne pose pas de vrai problème : quand on se rencontre, on se voit et chacun se pousse (comme le font un piéton qui croise une poussette sur un trottoir étroit ou deux voitures sur une route de montagne). Le double sens cycliste renforce ainsi la tranquillité et l’urbanité des rues et l’expérience acquise démontre qu’il contribue à améliorer la sécurité pour tous. Pour les collectivités, sa mise en place est facile est rapide, sans travaux lourds de voirie."
[Le point sur le double sens cycliste : http://www.mdb-idf.org/spip/spip.php?article538 ]

Le double sens cyclable tend à devenir la norme dans les rues étroites des vieilles villes. Il est de règle dans les zones 30 sauf décision municipale contraire.
Il va de soi dans les "zones de rencontre" (zones 20), où le vélo, quel que soit son sens, a priorité sur les voitures.

Et Tonneins resterait à la traîne ?

Deux liens parmi bien d'autres :

Posté par Tederic à 19:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 mai 2012

Angle rue de la Serrurerie - rue Traversière : ouf ?

Depuis des années, c'était un des points les plus sales du vieux Tonneins. Un repoussoir, quoi...

Le service de ramassage des ordures demandait aux habitants de la rue Traversière d'amener leurs sacs poubelles au coin que fait leur rue avec la rue de la Serrurerie. D'où des amas incroyables de sacs plastiques, bien sûr éventrés par les chats.

Léger progrès vers 2008 : des bacs destinés à contenir les sacs sont installés.

serrurerie2008

Mais le résultat n'était pas si probant que ça... Dépôt sauvage d'encombrants, par dessus le marché !

 

4 ans plus tard, en cette fin d'avril 2012, surprise : les bacs à sacs poubelle sont remplacés par des bacs à fleurs !

dcp_3056

Il semble que le service de ramassage consent désormais à rentrer dans la rue Traversière (il ne le faisait pas parce que la rue était trop étroite pour les camions utilisés).

Ne crions pas victoire trop vite : deux jours après cette photo, il y avait un amas de sacs poubelles ("à l'ancienne", certains éventrés comme il se doit), devant les bacs à fleur ! Et qui sait si le dépôt d'encombrants ne va pas continuer ?

Les choses bougent dans le bon sens, mais à la vitesse d'un glacier*.

Il aura fallu environ 10 ans pour résoudre (touchons du bois !) le problème d'un dépotoir en pleine ville.

Pendant ce temps, combien d'acquéreurs éventuels de maison ont-ils été découragés ? Combien de visiteurs sont partis du vieux Tonneins avec cette image ?

Evidemment; dans un cas semblable, les responsabilités sont partagées, entre un service de ramassage (de la Communauté Val-de-Garonne) qui n'avait pas les véhicules adaptés à des rues étroites, et peut-être aussi une façon de travailler trop rigide, la ville de Tonneins qui n'a sans doute pas pris le problème assez à coeur, et des habitants qui font n'importe quoi...

 

*Le vieux Tonneins va changer progressivement pour le mieux. L'opération de réhabilitation est lancée. Toujours à la vitesse d'un glacier !

Posté par Tederic à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2012

L'arrodo biro biro...

TONNEINQUAISES, TONNEINQUAIS....

BONNE ANNEE 2012 !*

*Ce message est posté le 31 janvier. Il était temps ! L'année commence donc ric et rac, et par un copier-coller de 2011.  Enfin, la tradition est respectée...

Pour les 11 mois qui restent, on va tenter de faire pour le mieux, et de parler de Tonneins avec sagesse !

Posté par Tederic à 10:03 - Commentaires [6] - Permalien [#]

06 décembre 2011

Réenchanter Tonneins

yemen2 Tonens_projet_Maison_Dr_Deche

Posté par Tederic à 20:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 septembre 2011

Une ligne du réseau départemental Tidéo dessert Tonneins

Ça bouge sur le réseau départemental.

Les autorités ont compris que les autobus étaient au trois quart vides aussi parce que trop chers.
Un tarif unique à 2 euros apparait (avec aussi des abonnements qui mettent le prix d'un voyage encore plus bas).

Tonneins est desservie par la ligne Marmande-Villeneuve sur Lot (+ Fumel).

arret_tideo_Tonneins

Plusieurs arrêts sont installés à Tonneins, en centre ville et à la Gare.

Les horaires sont assez compliqués à lire.
Grosso modo, vers la vallée du Lot, il y a un départ le matin et un l'après-midi. Pour les liaisons entre Tonneins, Clairac, Lafitte, Sainte-Livrade... ça ne parait pas trop mal.

Un bon point : les correspondances avec le train en gare de Tonneins sont signalées.

L'idéal serait que le panneau d'affichage électronique des départs de la gare de Tonneins affiche aussi le départ de ces bus. L'intermodalité, c'est ça.
Et aussi qu'un site web comme celui du TER (train régional) indique les horaires de ces bus départementaux Tidéo.

Mais ne rêvons pas : chacun, dans le millefeuille administratif (Région, Département, Communauté d'agglo...) a son système de transports, et il ne sera pas facile de coordonner tout ça.

Autre intermodalité potentielle : bus-vélo. Mais l'embarquement des vélos est moins facile dans un bus que dans un train.

Quant à un système de location de vélos... il y a quelque chose de prévu à Tonneins dans le futur pôle intermodal de la gare. Mais là encore, ne rêvons pas : on y viendra, mais il faudra du temps !

Posté par Tederic à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2011

TOUS à VÉLO sur la VÉLOROUTE de la VALLÉEdu LOT !

Randonnée cycliste Vallée du Lot 2011 : Pour une véloroute Vallée du Lot

L'étape la plus proche de Tonneins part d'Aiguillon (on peut rejoindre le groupe à Clairac ; Tonneins-Clairac par la petite route de Seilhade tant que le tunnel de Moncaubet n'est pas en voie verte...) :

47-3-panneauclairac-62658

Lundi 4 juillet

8h30- Départ - Mairie d’Aiguillon.
11h- Km20 - Granges-sur-Lot- Visite du Musée du Pruneau.
12h15- Km29 - Castelmoron-sur-Lot- Pique-nique à la plage,
avec vente de produits locaux pour le pique-nique

14h15- Km29 - Castelmoron- Découverte de l’écluse de 10m.
16h30 - Km49 - Casseneuil- parking ombragé du bord de laLède. Casseneuil - Villeneuve par la voie verte villeneuvoise.
17h30 - Km 61 - arrivée à Villeneuve-sur-Lot- maison de la vieassociative.


Ouvert au public

Cette véloroute est un itinéraire fléché de 160 km, d’Aiguillon à Cahors qui emprunte des petites routes que l’on partage avec les voitures.
Itinéraire à très faible dénivelé.

Renseignements au pays de la Vallée du Lot 47 :05 53 88 79 88 begin_of_the_skype_highlighting            05 53 88 79 88      end_of_the_skype_highlightingwww.vallee-lot-47.fr

Pour le plaisir de découvrir la vallée du Lot à vélo.
Pour faire vivre la véloroute,
itinéraire majeur au niveau national.
Rejoignez, avec votre vélo,
pour quelques km, une étape ou plus,
un groupe de cyclistes qui remonte la vallée du Lot,
de la confluence du Lot avec
la Garonne jusqu’à sa source,
pendant 10 jours !
Ambiance conviviale,
Accueils et boissons seront
offerts par les mairies lors des points d’arrêt.
Pique-nique sorti du sac

Posté par Tederic à 11:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

16 avril 2011

Notre regroupement communal devient un "pays"

La confusion entre "communauté d'agglomération" et "pays" (au sens "Voynet") se confirme.

Ce n'est pas un hasard que la réforme des collectivités locales promeuve les communautés et programme en même temps l'extinction des "pays".

Voici ce que nous rapporte "Sud-Ouest" sur Agen :

"C'est une lame de fond qui est en train de révolutionner la Communauté d'Agglomération d'Agen. (CAA) « Nous étions sept en 2008, nous serons 19 à partir de juillet 2011 », se réjouit Jean Dionis du Séjour. À terme, et cela s'inscrit dans le projet Agglo 2014, il espère bien que le périmètre de l'agglomération agenaise se superpose à celui du Pays de l'Agenais." [mis en gras par moi-même]

http://www.sudouest.fr/2011/04/08/une-revolution-administrative-366210-641.php

Aussi bien à Agen qu'à Marmande ou Villeneuve, les communautés d'agglo se dessinent comme des "pays" à la fois urbains et ruraux. Mais alors que les "pays Voynet" n'ont jamais été dotés de comptétences administratives, ces communautés en ont, qui sont assez étendues, et pourraient même en "piquer" au département.

Pour ce qui nous concerne, cela signifie qu'à terme (quand les péripéties politiques feront tomber le fruit mûr), Casteljaloux et les "Côteaux de Gascogne" pourraient rejoindre "VGA" pour refaire en plus fort le pays "Val-de-Garonne-Gascogne". Avec peut-être aussi Aiguillon et son "Confluent".

Mais à mesure que les compétences communales migreront vers cette immense agglo-pays, on va peut-être ressentir un nouveau besoin de proximité.

On parle des bienfaits des "circuits courts" pour la production agricole alimentaire, des circuits courts pour l'administration locale, ça serait bien aussi, non ? Revenir à nos vieilles communes pour certaines choses, ou créer des conseils de quartier dotés de certains pouvoir... Par exemple, il pourrait y avoir un conseil du vieux Tonneins, ou de St Pierre, ou d'Ayet...

Posté par Tederic à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2011

Notre démocratie locale est en panne

Canton de Tonneins.

En pourcentage des inscrits :

Abstentionnistes : 51,14%

blanc ou  nuls : 1,46%

Bize (PS) : 15,49%

Bousquet-Cassagne (FN) : 12,37%

Lougnon (écologistes+Front de gauche) : 4,91%

Moga (divers droite) : 14,63%

D'un côté, on peut dire que "les absents ont toujours tort", et que ceux qui ne votent pas n'ont pas à se plaindre, après, des décisions des élus.

D'un autre côté, cette abstention majoritaire signifie qu'il y a un gros dysfonctionnement dans notre démocratie locale.

Il faut réformer nos collectivités locales pour que "Monsieur et Madame Tout le monde" y comprenne enfin quelque chose !

Les gens confondent le Conseil général (département) et le Conseil régional ! Dire "Conseil départemental" à la place de "Conseil général" serait déjà une modification élémentaire qui clarifierait les choses, mais il faut aller plus loin.

Quelques propositions :

  • fusionner progressivement la Région et le Département, en donnant la priorité à la Région,
  • transformer les intercommunalités géantes en "pays" qui prennent une partie des compétences actuelles du département...,
  • arrêter de déposséder les communes de toutes leur compétences, ce qui suppose aussi d'arrêter de compliquer la gestion locale en ajoutant constamment des normes et des contraintes légales.

Le mode de scrutin actuel pour les conseillers départementaux est aberrant : un canton de 20 000 habitants a un élu, un canton de 2 000 habitants en a un aussi ! Les habitants des villes sont scandaleusement sous-représentés. Une fois de plus, Tonneins, qui est un canton plus peuplé que la moyenne, est défavorisé !

La réforme des collectivités locales portée par la majorité sarkozyste, qui s'appuie sur une réflexion menée notamment par la commission Balladur, n'est pas à rejeter en bloc : elle mène notamment à une fusion région-département, grâce au "conseiller territorial". Mais il ne serait pas normal que celui-ci ne soit élu que par des circonscriptions cantonales : il faut une dose de proportionnelle pour une meilleure représentation de la population.

Bref : il faut simplifier, clarifier, relocaliser ce qui peut l'être, rendre le mode de scrutin plus juste.

A propos de la réforme territoriale, un point de vue pessimiste, mais qui a de la justesse :

[Alternatives paloises] La Réforme territoriale vue par Maurice MEIRELES Maire honoraire de Pontacq.

 

 

 

 

 

Posté par Tederic à 11:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

14 mars 2011

Cantonales : tour d'horizon des professions de foi

Il est grand temps : le 1er tour est dimanche prochain. Vous irez voter, j'espère, même si le choix n'est pas simple !

Je tire au sort l'ordre de passage.

 

  • Lougnon-Féral ( "Gauche écologique et sociale" - Europe écologie les Verts + Front de Gauche)

Le Front de Gauche rassemble le parti communiste et le Front de gauche (Mélenchon, pour simplifier).

Pas de surprise au recto de la profession de foi. On reconnait le discours anti-libéral de gauche.

"Toujours privilégier les logiques humaines dans les décisions départementales figurera parmi les objectifs de notre mandat." Y a-t-il donc un risque de "logiques inhumaines ? Soit... Passons au verso.

Transports : "Contre la LGV qui ne dessert que les grandes mégapoles", pour "l'aménagement des voies existantes".

C'est la seule profession de foi qui parle de la LGV. Vu les enjeux financiers et environnementaux, et que le Conseil Général aura très vite des décisions à prendre sur ce sujet, les trois autres candidats sont en faute, donc bravo à Lougnon-Féral !

Maintenant, parler de "la LGV" au singulier, alors qu'il y a deux projets qui nous concernent (Tours-Bordeaux et Bordeaux-Toulouse), qui n'ont ni les mêmes incidences sur le département ni le même état d'avancement, c'est trop simplificateur. De plus (et après j'arrête !) : les LGV desservent les métropoles, mais dans les gares des métropoles (pour nous, Bordeaux et Toulouse), il y a (encore que...) des correspondances ferroviaires pour les villes moyennes ou petites.

Dans le reste du verso de la profession de foi Lougnon-Féral, je relève les points suivants :

développement de "la filière bois avec la fabrication de granulés de bois", "soutenir une agriculture de qualité et l'agriculture biologique", "préserver les terres agricoles (pas de panneaux photovoltaïques sur des terres cultivables)", "l'eau en régie, c'est reprendre le contrôle". A propos de la préservation des terres agricoles, l'étalement urbain n'est pas critiqué. C'est probablement un oubli.

 

  • Moga-Vulliamy (sans étiquette)

A propos des candidats de droite sans étiquette, je vous conseille le dernier sketch de François Hollande. Il rappelle à la fin que, en application des règles de sécurité, les bagages non étiquetés sont immédiatement détruits dans les gares.

"L'enjeu de cette élection n'est ni de défendre une politique nationale, ni de renforcer une majorité départementale, ni de bouleverser les bases de notre société."

On se doute bien que s'il est élu, M. Moga ne va pas renforcer une majorité départementale de gauche, mais que, par contre, il renforcerait une éventuelle majorité départementale de droite. C'est son choix. Et c'est difficile, dans notre système politique, de ne pas entrer dans un système d'allégeance de type féodal. La gauche établie fonctionne de même, mais au moins, elle annonce sa couleur politique.

Mais passons au verso de la profession de foi :

"redéfinition des priorités de l'Action Sociale" : Moga-Vulliamy ont bien intégré que l'Action sociale absorbe la plus grande part du budget départemental. La "redéfinition" proposée est dans l'air du temps (maintien des personnes âgées à domicile, incitation à l'installation des médecins, maisons médicales...)

"il faut inverser la réflexion : C'est l'attractivité de notre département qu'il faut améliorer" : Débat difficile. Attractivité pour qui ? pour des entreprises qui cherchent un point de chute ? pour des retraités ? Je proposerai d'inverser à nouveau la réflexion : quand on bichonne son territoire, on le fait d'abord pour soi-même, et l'attractivité pour l'extérieur vient de surcroît. Pour l'instant, Tonneins ne donne toujours pas l'exemple, je le dis à regret.

"Désenclaver le canton" : pour moi, ce n'est pas le problème, j'ai donné mon avis en commentaire de cet article de "Sud-Ouest" : Une économie à relancer, sur un territoire enclavé

"Relier toutes les communes de notre canton au réseau départemental des "voies vertes"" : Chiche ! Il faut donc relier Tonneins à Clairac par une voie verte. Suivez mon regard vers le tunnel de Moncaubet...

 

  • Bousquet-Cassagne - Châtelet (Front national)

Eux au moins mettent en avant leur étiquette et leur couleur. Bleu Marine...

Idées fixes : l'insécurité et l'immigration ; ça se discute, mais le Département n'a guère de compétences en la matière. Et dans notre département qui a reçu beaucoup d'estrangers depuis très longtemps (gabachs, italiens, marocains...), on devrait être plus positif.

Du coup, les "engagements pour le Département" sont très généraux. "Baisser les impôts départementaux", "mettre fin aux gaspillages"... Lesquels, comment ?...

 

  • Bize-Labarbère (Parti socialiste)

Le tirage au sort les fait arriver en dernier dans mon tour d'horizon. Dommage, la lassitude se fait sentir... Il serait trop long de commenter tous les "engagements", mon choix sera une fois de plus totalement subjectif.

"Instaurer la gratuité des transports publics départementaux pour les anciens combattants" : il doit s'agir principalement des anciens combattants d'Algérie ? Bon, j'ai relevé ça pour détendre l'atmosphère.

"Création d'un véritable réseau de transports collectif départemental à une tarification unique de 2 €" : c'est dans l'air du temps, d'autres départements l'ont déjà fait ; "dans les Pyrénées orientales, il y a déjà le car à un euro, qui en trois ans, a multiplié par six le trafic", nous dit "La Vie du Rail" du 23 février 2011. Oui, il faut faire quelque chose, pour que ce ne soit pas ruineux de prendre le bus par rapport à la voiture, déjà que les fréquences des bus sont largement insuffisantes. Encore faudrait-il le faire en coordination avec la Région qui gère, elle, le TER (train ou bus), et, pour ce qui concerne Tonneins-Clairac, avec "Val-de-Garonne" qui a son propre système !

"Favoriser l'introduction de produits locaux et bio dans les cantines", "Développer un tourisme vert" : engagements louables. Sur le point des voies vertes, Françoise Bize appartient à la majorité départementale actuelle qui a continué le programme initié par la majorité précédente.


Conclusion provisoire, tirée presqu'au hasard de "Etude grammaticale de la langue gasconne - Dialecte de Tonneins" de Jean-Edouard FAUCHE (aco's ma noubèro biblo !) :

Sû toun azé sès pu solidé qué s'èrés sus ün chibaou.

(celui ou celle qui me donne la traduction gagne un autocollant de Gasconha.com !)

Posté par Tederic à 10:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]