Et d'abord, excusez-moi d'avoir raté le moment des voeux de nouvelle année aux lecteurs de Tonneins-débat ! Mais le coeur y était !

Je suis beaucoup moins bavard sur ce blog où je n'ai pas mis d'article depuis 9 mois...

Mais je suis toujours motivé par Tonneins et spécialement le vieux Tonneins et le front de Garonne.

J'ai assisté en décembre à une réunion publique avec Mme Carle, l'architecte qui travaille sur le futur aménagement de la voirie dans le vieux Tonneins, et surtout dans le quartier de la Marne (mon quartier, d'ailleurs !).

Evidemment, quand on parle de voirie, on parle de circulation, et j'ai demandé si une zone 30 généralisée avec double-sens cyclable était envisagée. Vous lirez ci-dessous pourquoi je pense que c'est important.

Déception : je me suis senti incompris...

Alors voici mes arguments :

- Utilité du double sens cyclable :

Le vieux Tonneins, à moins de le détruire, ne sera jamais propice à l'usage massif de la voiture traditionnelle, qui prend trop de place par rapport à l'étroitesse des rues.
En revanche, il convient à merveille aux déplacements (et au stationnement !) à pied et à vélo (et aussi à fauteuil roulant...), peu consommateurs d'espace...
Hélas, les sens interdits
justifiés par l'étroitesse des rues où des voitures ont du mal à se croiser entre elles, pénalisent l'usage du vélo.
Les cyclistes, parce que l'humain qui se déplace choisit généralement le plus court chemin et le moindre effort, ont tendance, selon leur tempérament, à :
- braver l'interdiction (ex : Cours de la Marne), ce qui est parfois dangereux dans la mesure où ce double sens est sauvage et inattendu pour les automobilistes ;
- rouler sur les trottoirs (c'est possible en quelques endroits), ce qui peut être dangereux aussi ;
- renoncer à prendre le vélo.
Quant à ceux qui ne sont pas encore cyclistes, on ne leur donne pas envie de le devenir !
Et on ne donne pas non plus envie à ceux qui voudraient se déplacer à vélo de s'installer dans le vieux Tonneins, qui pourtant devrait leur tendre les bras !

- Possibilité du double sens cyclable :

Le double sens cyclable ne nécessite pas l'existence d'une voie à contre-sens matérialisée. Ex : dans de nombreuses rues du vieux Bordeaux où il fonctionne, cette voie n'existe pas.
"Dans les rues autorisées en double sens cyclable, la cohabitation entre cyclistes et automobilistes fonctionne parfaitement, compte tenu de la bonne visibilité de chacun, dans ces voies étroites où le trafic reste faible."
[http://www.bordeaux.fr/p57231/circuler]

"Quelle que soit la largeur de la rue le croisement d’une auto et d’un vélo ne pose pas de vrai problème : quand on se rencontre, on se voit et chacun se pousse (comme le font un piéton qui croise une poussette sur un trottoir étroit ou deux voitures sur une route de montagne). Le double sens cycliste renforce ainsi la tranquillité et l’urbanité des rues et l’expérience acquise démontre qu’il contribue à améliorer la sécurité pour tous. Pour les collectivités, sa mise en place est facile est rapide, sans travaux lourds de voirie."
[Le point sur le double sens cycliste : http://www.mdb-idf.org/spip/spip.php?article538 ]

Le double sens cyclable tend à devenir la norme dans les rues étroites des vieilles villes. Il est de règle dans les zones 30 sauf décision municipale contraire.
Il va de soi dans les "zones de rencontre" (zones 20), où le vélo, quel que soit son sens, a priorité sur les voitures.

Et Tonneins resterait à la traîne ?

Deux liens parmi bien d'autres :