Dcp_1721
Pour l'instant, Tonneins n'a qu'une fleur.

[Important : voir les critères d'appréciation du jury des villes et villages fleuris

Ils ne sont pas bêtes du tout, et vont bien au delà de la pose de méga-potiches ou de suspensions en centre-ville.
Exemples :
"Le ramassage des papiers et autres déchets ne doit pas se limiter au centre-ville.", "Maîtrise de l'affichage publicitaire", "entrée de ville soignée
", "l’aménagement en pleine terre sera privilégié", "les municipalités doivent savoir valoriser leur  patrimoine ancien ou moderne, et inciter, par des mesures d’accompagnement, leurs concitoyens à entretenir leurs habitations", "jardins familiaux"...]


La débauche de fleurs en suspension (ou non), supposée porteuse de la deuxième fleur,  n'a guère atteint le vieux Tonneins, sauf le kiosque du belvédère, qui n'en a peut-être pas besoin.

On ne s'étendra pas sur le carrefour de la rue de la Serrurerie et de la rue Courteline qui a déjà été évoqué ici pour son dépotoir récurrent : ce serait sans doute du gaspillage de mettre des fleurs à côté.

A l'autre bout du vieux Tonneins, l'intéressant escalier de Lescure n'a pas été totalement oublié :

Dcp_1716
Des "cannas" et des iris. C'est un peu chiche. Pourquoi cette timidité dans une des (potentiellement) plus belles descentes sur Garonne ?

Dcp_1714
Vu du haut, ça donne quand même ça !

En haut du même escalier, heureusement, l'initiative privée a pris la relève :

Dcp_1718
Dommage qu'une gouttière viole le renfoncement d'angle (comment ça s'appelle, et à quoi ça servait autrefois ?), mais ce n'est pas toujours facile de modifier l'écoulement des eaux, et de toute façon, ça fait plaisir de voir une façade bichonnée !