Réaction sur l'article de "Sud-Ouest"

« Une question d'avenir »

Jean-Pierre Moga préfère remettre ses pouvoirs entre de bonnes mains.

(les commentaires sur Sud-Ouest sont limités en longueur ; ici sur Tonneins-débat, je peux aller au bout de ma pensée !)

Est-ce que cette "manne" que verse l'Etat aux Communautés d'agglomération est durable ?
Ce statut de communauté d'agglo était logiquement destiné à des agglomérations, donc des zones urbaines.
Quand l'Etat va s'apercevoir que des territoires ruraux gigantesques se font passer pour des agglomérations uniquement pour toucher "la manne", comment va-t-il réagir ?

Est-ce qu'on n'est pas en train de confondre "pays" et communauté de communes ?

L'étude sur les liaisons douces est menée par le "Pays Val-de-Garonne Gascogne", auquel participent des communes isolées comme Casteljaloux ou Fauillet. L'exemple n'est donc pas bon pour justifier les communautés de communes.

Mais plus que le principe de la communauté de communes, c'est leur taille, leur découpage, leurs compétences, qui doivent être débattus.

Le maire de Tonneins parle de "mutualisation des moyens". Elle est sans doute souhaitable pour certaines choses, mais pas pour d'autres.
Si les tonneinquais sont contraints d'aller à Marmande, Ste Bazeille, Meilhan... et l'inverse, pour un oui ou pour un non, parce que les services sont "mutualisés" (c'est-à-dire qu'un seul site dans la Communauté sert toutes les communes de la Communauté), on va être constamment sur les routes !

"Sans communauté, on ferme tout, et on est des crève-la-faim"...
Ce n'est pas exactement l'impression que donne Casteljaloux, qui est une commune isolée.
Etre petit, c'est bien aussi, parfois. C'est vrai qu'on fait des économies d'échelle en se regroupant, mais on fait aussi des gaspillages quand les décideurs sont loin du terrain. On l'a vu avec les bus vides à Tonneins.

Situons-nous dans l'avenir :
Si vraiment le salut est dans des communautés de plus de 50 000 habitants, alors une communauté comme "Val d'Albret" autour de Nérac (17 000 habitants) est encore trop petite...
Casteljaloux et ses environs devront rentrer dans "Val de Garonne" ou "Val d'Albret". La communauté d'Aiguillon ("Communauté de communes
du Confluent"), avec ses 10 000 habitants, devra aussi se fondre avec une autre...
Logiquement, il restera dans le département du Lot-et-Garonne quatre communautés de communes regroupant des territoires ruraux immenses : Agen, Villeneuve, Marmande, Nérac.
Les communautés pouvant être transdépartementales, on peut d'ailleurs imaginer, par exemple, que le pays de la Réole rejoigne Val-de-Garonne.
Qui peut dire qu'un tel degré de regroupement communal est souhaitable ?
Est-ce que le besoin de regroupements de communes sur une base beaucoup plus locale ne réapparaitra pas ?

Dans ce débat difficile, évitons donc la caricature : il n'y a pas les "modernes" d'un côté, qui veulent des regroupements toujours plus grands, et de l'autre des attardés qui veulent "l'autarcie" !
La démocratie de village, de quartier, de petite ville, c'est précieux aussi.