Un article de "Sud-Ouest"* du 16 décembre 2009 évoquait les difficultés des transporteurs marmandais de fruits et légumes :
"il y a déjà quelques temps que le marché des fruits et légumes est en berne" dit Brigitte Trazit, des transports Trazit.
Le journal continue : "En cause, la concurrence des marchés étrangers (dont les produits moins chers sont plus aisés à vendre en France), mais aussi les changements d'habitudes alimentaires des Français qui boudent de plus en plus les produits frais"

Il resterait à interroger les producteurs eux-mêmes : toute leur production ne s'écoule pas forcément par les exportations en camion.
Mais comme ils n'est pas sûr que les exportations de fruits et légumes par le chemin de fer existent encore (à vérifier !), il reste comme débouché compensatoire la distribution locale, sur les marchés, par vente directe à la distribution locale, ou à la ferme...
Il faudrait surveiller si ces circuits courts sont à la hausse.
Y a-t-il un service économique qui observe, par exemple, l'activité des marchés de Tonneins ?

Mais si les circuits courts ne compensent pas les exportations en camion, alors les causes données par les transporteurs semblent tenir la route :

  • Les français (et les autres européens ?) achètent moins de fruits et légumes.

Pourtant, on nous rabâche qu'il faut en manger !
Pour les légumes, c'est aussi, sans doute, qu'on fait moins la cuisine chez soi (et pas toujours par manque de temps).
Les plats préparés qui remplacent la cuisine domestique ont certes quelques fruits et légumes, mais apparemment ce ne sont pas ceux du Marmandais !

  • Les français (et les autres européens ?) achètent les fruits et légumes les moins chers.

On devine qu'ils préfèrent les produits de l'agriculture la plus industrielle, à la limite parfois du hors-sol et de l'overdose en engrais, pesticides, fongicides et autres "cides".
Ils n'écoutent pas les écolos, et ils ont tort...

Alors que faire ? Les réponses sont inscrites dans ce qui précède...

*Les journaux locaux, "Sud-Ouest" et "Le Républicain", sont d'une lecture précieuse, et un blog comme "Tonneins débat" y trouve une matière inépuisable à commenter.
La version en ligne de "Sud-Ouest" offre aussi la possibilité de commenter, assez peu utilisée pour l'instant sur les articles locaux du Tonneinquais.