*De l'autre côté du pont (dans la langue gasconne de Tonneins)

Le même sympathique article de "Couleurs Garonne" pose la question "Mais combien sont-ils à l'avoir emprunté [le pont], à pieds ou à bicyclette, pour profiter pleinement de ce qui passe, de l'autre côté du pont ?"

Début de réponse pour la bicyclette : on voit assez souvent, surtout le dimanche, des groupes de cyclistes qui passent le pont. Les cyclistes isolés sont plus rares.

A part le dimanche où ils sont en principe libérés des camions, les cyclistes les plus fragiles (vieux, jeunes...) peuvent hésiter (ou être découragés) à passer le pont à cause du trafic, et il ne semble pas que les travaux en cours y remédient : rien ne semble prévu pour sécuriser les cyclistes.
Les piétons ont, eux, un trottoir étroit, difficile pour les groupes.

Et des groupes de piétons, il peut aussi y en avoir, qui vont par exemple au restaurant aussitôt de l'autre côté du pont. Ou qui vont se promener à Saint-Germain ou vers Lamarque ou vers les Barthes de Villeton.

Tonneins-débat en a déjà parlé ("De la bretelle au guidon") :
Le pont, et le tronçon de route jusqu'au carrefour de Montjoie (vers Lagruère et aussi Villeton par la Mazière) devraient être sécurisés pour les circulations douces : c'est important, entre autres, pour les promeneurs de Tonneins rive droite qui veulent profiter de la nature préservée de la rive gauche, et pour les cyclistes qui souhaiteraient faire des trajets utilitaires Tonneins-Villeton ou Tonneins-Lagruère (environ 20 mn de vélo en terrain plat, c'est très jouable, encore faut-il qu'on ne risque pas sa vie !).

Sur le pont, comme la largeur est faible, ne pourrait-on envisager une zone de rencontre (limitation à 20 km/h et priorité aux piétons, puis aux cyclistes) ?