carte_zones

Nous vivons une époque très intéressante, de bouillonnement d'idées sur l'intercommunalité, et les collectivités locales en général : départements, régions... leurs compétences, leur mode d'élection...

Ce bouillonnement charrie ce qu'on croit savoir sur la future loi Marleix, et ce qui sort d'une commission Balladur en plein travail.

Exemple de rumeurs :

  • "Les Communautés de communes de moins de 5 000 habitants sont vouées à disparaître à moyen terme."
  • "La loi Marleix pourrait imposer des mariages d'ici à deux ans."
  • On ne donne pas très cher des cantons, qui servent à désigner les conseillers généraux du département...
  • On parle de nouvelles circonscriptions électorales pour désigner les conseillers régionaux, en couplage (comment ?) avec l'élection des conseillers régionaux...
  • On parle d'élire au suffrage universel les conseillers communautaires (concernant Tonneins, ceux de Val-de-Garonne).

Quel nouveau paysage peut sortir de tout ça pour Tonneins ?

  • Fauillet serait obligé d'entrer dans une communauté de communes.

Le maire de Marmande attend sans doute avec ferveur que Fauillet rejoigne "Val-de-Garonne".
Le seuil de 50 000 habitants pour constituer une "communauté d'agglomération" serait ainsi dépassé.
Les communauté d'agglo ont le vent en poupe, Villeneuve-sur-Lot essaye aussi de construire la sienne en obtenant la fusion avec des entités voisines plus petites. Est-ce que cette anomalie durera, qui consiste à faire fonctionner de vastes territoires ruraux comme si c'était des "agglomérations"

  • Le canton Tonneins-Clairac pourrait disparaître. Il symbolise pourtant un lien historique et géographique réel.

Et là, il y a un enjeu considérable :
Ce serait l'occasion de constituer une communauté du Confluent,  sur la base du triangle Clairac-Aiguillon-Tonneins. Le total ferait tout de suite plus de 25 000 habitants, ce qui est plus que suffisant pour une communauté de communes, et cela sur un espace géographique compact, où les services peuvent être facilement mutualisés, ce qui n'est pas le cas sur l'énorme communauté Val-de-Garonne.