Dcp_1785

De la place centrale de Montamat, le regard peut s'échapper vers les collines...

La chaîne des collines (Moncaubet etc.) est à Tonneins ce que les Pyrénées sont à la Gascogne : une référence, un symbole, un horizon indépassable...  Enfin, moi, je le sens comme ça, et j'aime voir les collines, par exemple quand je suis sur la "113" en plein centre de Tonneins.
Mais de Montamat, on est encore mieux placé.
En plus, "Montamat" veut dire  "montagne aimée", non ?  Boun, sabi pas...

En attendant,  on peut se demander si Montamat est aimé des tonneinquais et de leurs élus.
Cet ancien quartier populaire de Tonneins, où, parait-il, tout un dédale de ruelles et de cours permettait  à un délinquant d'échapper à la police, a déjà été puni dans les années 70, à la même époque où on (dé)faisait Mériadeck à Bordeaux.

Je n'ai pas vu non plus que la psychose de la deuxième fleur ait beaucoup bénéficié à Montamat.
Ce dimanche ensoleillé de décembre 2008, où j'y suis passé au retour d'un repérage sur le Pisseroulet (voir l'album photo à droite de l'écran), ça ne payait pas de mine, avec cette benne qui tronait en plein milieu, et aussi, devant une des portes de l'immeuble, un petit dépôt d'encombrants (rappel: le ramassage des encombrants se fait le mercredi - téléphoner à la mairie !) :

Dcp_1783

Il faudra vérifier que la benne ne s'est pas éternisée, et, à la belle saison, que des méga-potiches de fleurs ont dûment été installées. Pourquoi pas ? Il y a bien sur la place, à gauche sur la photo, une pizzeria qui installe ses tables sur la place, avec vue sur les collines... et le toit grillagé du "Petit Leclerc".


Dcp_1784
La photo n'est pas très nette, mais on distingue les poteaux qui tiennent le grillage qui entoure ce grand toit de tuile du "Petit Leclerc".
Dommage, pour une fois qu'ils avaient décidé de faire une couverture traditionnelle,  tout est gâché par  ce détail sordide...

dcp_1786
Les maisons ci-dessus, rue de Montamat, ont une belle vue sur les collines,  au dessus du vilain grillage.

 

Bon, je suis un peu ironique, mais moi, j'aime Montamat, pour ce qu'il a été et ce qu'il pourrait être : un quartier comme une terrasse sur les collines, sur la plaine, sur le Pisseroulet, qui compléterait les terrasses sur Garonne du haut des quais, et s'intégrerait dans un vaste parcours de promenade, à pied ou à vélo, des collines jusqu'à Ferron, en passant par le camping, les quais...


On va peut être objecter (cliquer sur "Commentaires" en bas de l'article !) que tout ça ne sont que des pinaillages esthétiques, et que les tonneinquais ont d'autres chats à fouetter, le pouvoir d'achat, par exemple...

Et c'est vrai qu'en cette période de voeux, on pense d'abord aux fondamentaux : santé, amour, prospérité.

Mais...

  • Faire du vélo et marcher à pied, sans aller dans les Pyrénées ou à l'océan, c'est bon pour la santé et pour le pouvoir d'achat.
  • Avoir dans sa vie quotidienne de jolis points de vue sur les collines, sur la plaine de Garonne, sur les toits de la ville, sur les levers et les couchers de soleil..., c'est bon pour le moral.
  • Avoir un centre-ville vivant et convivial, où il fait bon se promener et rencontrer d'autres personnes, c'est bon pour le moral.
  • Avoir une ville agréable et attractive, c'est bon pour le moral et pour l'économie.