On nous dit - et je pense que c'est d'autant plus vrai que la commune est petite - qu'une commune isolée ne peut plus faire grand chose.

En plus, elle aura beaucoup moins de subventions pour un investissement si elle ne fait pas partie d'une communauté de communes.

Il est donc crucial de ne pas faire le mauvais choix  sur la communauté de communes à laquelle on adhère.

Tonneins appartient présentement à la communauté  "Val de Garonne", avec Marmande.

Je vous invite à consulter la liste des Groupements de communes de Lot-et-Garonne (situation au 1/1/2007)

On y voit que Clairac, très proche de Tonneins, est le centre d'une communauté  "Basse vallée du Lot" qui regroupe un peu moins de 5000 habitants, et qu'Aiguillon est le centre de la communauté du Confluent (plus de 10000 habitants).

En allant dans le détail, on trouve une bizarrerie : Razimet, Monheurt et Puch (un peu plus de 1000 habitants en tout) font partie de la communauté du Confluent, centrée à Aiguillon, alors qu'elle sont plus proches de Tonneins qui est deux fois plus peuplée qu'Aiguillon.

Ca veut dire qu'un habitant du Puch est logiquement incité à utiliser les équipements communautaires d'Aiguillon, et non ceux de Tonneins.
Tonneins perd sa qualité de chef-lieu local. Quand on a la fibre tonneinquaise, ça fait mal...

Polo, dans son commentaire à mon message "Tonneins et Orthez : comparaison"

imagine différentes compositions possibles pour une communauté centrée à Tonneins, et imagine une communauté de plus de 20000 habitants (incluant Clairac, Aiguillon, le Mas, Damazan...) en prenant pour base "l'étude de chalandise faite en 1989 par la mairie et les commerçants".

Il n'est pas certain qu'Aiguillon et Clairac veuillent maintenant faire partie d'une communauté unique avec Tonneins, mais, même sans elles, Tonneins peut être le centre d'une communauté de 12 à 15000 habitants, ce qui est parfaitement viable.

Quand on met en question l'appartenance de Tonneins à "Val de Garonne", on reçoit de ses défenseurs des arguments financiers qui démontrent que Tonneins n'est pas spoliée, que les contribuables tonneinquais récupèrent largement leurs impôts par les services que leur fournit la Communauté.
Encore heureux (et c'est à surveiller), mais ce n'est pas la question de fond !

La question de fond, c'est que le centre de décision n'est plus à Tonneins, et que les décisions communautaires ne considèrent plus le bassin de vie de Tonneins, mais un ensemble plus vaste, où Tonneins est limitrophe et coupée de son bassin de vie propre.

Exemple : le sujet très actuel de la Salle des Fêtes.
Si "Val de Garonne" décide une salle des fêtes d'intérêt communautaire, elle la voudra plutôt à Marmande plutôt qu'à Tonneins, puisque le noyau marmandais est deux fois plus peuplé.
Donc, "Val de Garonne" aura tendance à ne soutenir à Tonneins qu'un projet de salle des fêtes locale, qui ne prendra pas en compte le public potentiel d'Aiguillon et Clairac.
Exit le rayonnement de Tonneins...

De même pour une voie verte : je propose une voie verte d'Ayet-Unet à Ferron.
Mais j'ai à l'esprit la connexion future de cette voie à une bande cyclable Ayet-Nicole-Aiguillon.
Pareil, "Val de Garonne" sera-t-elle motivée par une voie qui renforce une liaison hors communauté ?

Enfin, dernier exemple : la liste Daunis a parlé, pour l'enseignement musical, de synergie dans le cadre de Val-de-Garonne : on apprendrait l'accordéon au Mas, la guitare à Sainte-Bazeille, le chant à Tonneins (exemples fictifs).
Mais ici se pose la question des transports : à part la voiture, qu'est ce qui peut permettre aux élèves de bouger comme ça ? Pas très "Agenda 21"...
On butte ici sur le fait que Val de Garonne n'est pas, fondamentalement, une agglomération. C'est un vaste ensemble urbain et rural qui s'apparente davantage à un "pays".


Alors, ne faut-il pas revenir à une communauté de communes limitée au bassin de vie de Tonneins, et faire monter en puissance le "pays Val-de-Garonne-Gascogne", qui comprend aussi  Casteljaloux et le Queyran (mais toujours pas Aiguillon-Clairac !) ?